Pour en savoir plus…

La sophrologie a été créée et développée, toute sa vie durant, par Alfonso Caycédo, neuropsychiatre. Il s’est inspiré de diverses pratiques orientales ( yoga, bouddhisme tibétain, zen japonais…) et occidentales ( hypnose ericksonnienne, phénoménologie, philosophie existentialiste du positif…) pour élaborer de nombreuses techniques de relaxation dynamique et sophronisation, nous permettant d’aller à la rencontre de nous-même. Elle permet de mieux vivre au quotidien, par l’apprentissage de ces techniques simples, en devenant acteur de son bien-être et autonome.

La sophrologie, néologisme créé par son fondateur, a pour éthymologie :

sôs = harmonie;     phrên = conscience;     logos = langage, étude, discours.

La sophrologie est l’étude de la conscience harmonieuse. Précisons qu’harmonieuse est employée ici comme « qui s’accorde ». La sophrologie est donc l’étude de la conscience qui s’accorde/ s’harmonise. Elle est observation et acceptation de ce qui est. Issue de la phénoménologie, elle consiste à aborder tout phénomène comme si c’était la première fois, sans analyse, sans jugement. Nous nous mettons alors à l’écoute de ce qui est, ici et maintenant, de nos sensations et perceptions, comme quand nous méditons, sans interprétation.

Basée sur les ressentis, la sophrologie a une visée existentielle. Sa pratique régulière apprend au sophronisé à recontacter le bonheur d’être (et non d’avoir), à devenir son propre point d’appui. Cette méthode/ pratique psycho-corporelle/ art de vivre permet un travail sur l’estime de soi. Profondément humaniste, elle renforce, par l’entraînement, certaines capacités et actualise de ce fait tous nos potentiels. Par sa pratique, nous faisons le lien entre nos émotions, nos pensées et nos comportements, nous offrant ainsi la possibilité d’avancer plus sereinement dans notre quotidien.